Talib Sheikh, responsable de la stratégie Multi Asset, discute des obligations par rapport aux actions, des perspectives d’inflation et de la question de savoir si le ralentissement de la croissance économique peut forcer un changement de la politique des banques centrales.

Nous avons une opinion plus positive sur les obligations que sur les actions en ce moment. Nous sommes nerveux à l’égard des actions car les attentes de croissance des bénéfices futurs augmentent, mais les données macroéconomiques suggèrent que la croissance des bénéfices est peu probable.

 

Vous pouvez débattre de la question de savoir si les actions, après avoir chuté de 20 % ou plus, sont désormais bon marché ou si elles doivent encore baisser. La réponse dépend de ces prévisions de bénéfices, et nous pensons donc qu’il est logique de sous-pondérer les actions.

 

Les obligations sont plus intéressantes, à notre avis, en particulier les obligations à long terme telles que les bons du Trésor à 30 ans. Les obligations à 2 et 5 ans ont connu cette semaine des mouvements sans précédent. Les banques centrales du monde entier craignent d’être en retard dans la maîtrise de l’inflation et ont relevé les taux de manière agressive. Cela a poussé les rendements des obligations à court terme à la hausse.

 

Nous voyons des signes timides que l’inflation commence à s’inverser. Les données sur les prix à la consommation, qui ont dépassées de loin les attentes des banques centrales, commencent peut-être à se calmer. Les bénéfices de certaines entreprises, qui avaient atteint des niveaux élevés, sont en baisse et les demandes hebdomadaires d’allocations chômage commencent à augmenter. En ce qui concerne les matières premières, les prix de l’énergie et des produits agricoles restent élevés en raison de la crise ukrainienne, mais les prix des métaux industriels tels que le zinc et le cuivre ont chuté.

 

L’inflation diminuera-t-elle assez rapidement pour obliger les banques centrales à relâcher leur vigilance et à devenir plus modérées ? Probablement pas, c’est une discussion pour le troisième ou le quatrième trimestre. L’inflation ne m’inquiète pas outre mesure, mais les projections de croissance sont plus préoccupantes. Au cours des 14 dernières années, les banques centrales ont imprimé de l’argent pour acheter des obligations. Nous entrons maintenant dans une période où les principales banques centrales (à l’exception du Japon) veulent inverser cette tendance et réduire la taille de leurs bilans. Les gens se sont donc inquiétés du coût du capital et de ce que cela signifie pour les entreprises, c’est ce qui a provoqué la volatilité.

 

Il est logique d’avoir une certaine exposition aux matières premières. Cette année, presque toutes les classes d’actifs ont enregistré des pertes. Nous avons étudié la manière de diversifier notre stratégie et de naviguer sur des marchés volatils. 

« The value of active minds » – la pensée indépendante : 

L’une des principales caractéristiques de l’approche d’investissement de Jupiter est que nous évitons l’adoption d’un point de vue maison, préférant permettre à nos gestionnaires de fonds spécialisés de formuler leurs propres opinions sur leur classe d’actifs. Par conséquent, il convient de noter que toutes les opinions exprimées – y compris sur les questions relatives aux considérations environnementales, sociales et de gouvernance – sont celles de l’auteur ou des auteurs et peuvent différer des opinions d’autres professionnels de l’investissement de Jupiter.

Information importante : 

Ce document est destiné aux professionnels de l’investissement* et n’est pas destiné à l’usage ou au bénéfice d’autres personnes, y compris les investisseurs particuliers, sauf à Hong Kong. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas un conseil en investissement. Les mouvements du marché et des taux de change peuvent entraîner une baisse ou une hausse de la valeur d’un investissement, et vous pouvez récupérer moins que ce que vous avez investi initialement. Les opinions exprimées sont celles des personnes mentionnées au moment de la rédaction, ne sont pas nécessairement celles de Jupiter dans son ensemble, et peuvent être sujettes à changement. Ceci est particulièrement vrai pendant les périodes de changement rapide des circonstances du marché. Tous les efforts sont faits pour assurer l’exactitude des informations, mais aucune assurance ou garantie n’est donnée. Les exemples de détention sont donnés à titre d’illustration uniquement et ne constituent pas une recommandation d’achat ou de vente. Émis au Royaume-Uni par Jupiter Asset Management Limited (JAM), adresse enregistrée : The Zig Zag Building, 70 Victoria Street, London, SW1E 6SQ est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Emis dans l’UE par Jupiter Asset Management International S.A. (JAMI), adresse enregistrée : 5, Rue Heienhaff, Senningerberg L-1736, Luxembourg qui est autorisée et réglementée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier. Pour les investisseurs de Hong Kong : Publié par Jupiter Asset Management (Hong Kong) Limited (JAM HK) et n’a pas été examiné par la Securities and Futures Commission. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite de quelque manière que ce soit sans l’autorisation préalable de JAM/JAMI/JAM HK. 29179

 

*À Hong Kong, les professionnels de l’investissement font référence aux investisseurs professionnels tels que définis dans l’ordonnance sur les valeurs mobilières et les contrats à terme (Cap. 571 des lois de Hong Kong) et à Singapour, aux investisseurs institutionnels tels que définis dans la section 304 de la loi sur les valeurs mobilières et les contrats à terme, chapitre 289 de Singapour.