Les consommateurs détiennent la clé de la reprise au Royaume-Uni 

• La croissance économique britannique dépend des consommateurs qui dépensent leurs économies post-pandémie.
• La BOE pourrait relever ses taux d’intérêt, mais pas de manière significative.
• La situation économique de la Chine aura des répercussions à l’échelle mondiale
• La transition énergétique et les prix de l’énergie en ligne de mire 

 

Richard Buxton, responsable de la stratégie UK Alpha, examine le contexte macroéconomique et tente de déterminer si les consommateurs continueront à dépenser, encore et encore, leur épargne pandémique malgré la hausse des impôts et des coûts énergétiques.

 

Si les attentes des consommateurs britanniques sont toujours déterminantes pour les perspectives économiques du pays, elles le seront d’autant plus en 2022, à mesure que s’estompera le sursaut d’activité provoqué par la sortie de crise. Un marché du travail solide, avec plus d’un million d’offres d’emploi actuellement, contribue à une légère croissance des salaires, accompagnée d’un relâchement des restrictions salariales dans le secteur public. Malheureusement, la combinaison du départ de la main-d’œuvre migrante du Royaume-Uni et d’une réduction de la population active âgée, apparemment induite par la Covid, laisse penser qu’un grand nombre de ces postes vacants pourraient ne pas être pourvus.

 

L’épargne contrainte pendant le confinement signifie que les budgets des ménages ont augmenté, comme le confirment les dépôts excédentaires importants dans les banques britanniques. Tout dépendra de la mesure dans laquelle les consommateurs puiseront dans cette épargne pour dépenser l’année prochaine, si la croissance de l’emploi est plus limitée. En compensation de la vigueur du marché du travail, la hausse des prix des services publics et de l’énergie ainsi que l’augmentation des taxes de l’assurance nationale en avril prochain comprimeront les revenus, en particulier pour les bas salaires. Étant donné que ces travailleurs ont tendance à n’avoir que peu ou pas d’économies, l’économie pourrait avoir besoin que les plus aisés puisent dans leurs épargnes, même si cela ne résoudra guère les inégalités de revenus, qui pourraient bien s’aggraver l’année prochaine.

 

Si les consommateurs choisissent de ne pas épuiser leurs économies ou de ne pas reconstituer leurs dettes de carte de crédit, il se peut que les perspectives d’une nouvelle année de croissance économique soutenue après la pandémie soient trop optimistes. Alors que les dépenses publiques sont clairement destinées à augmenter, à l’exception des mesures d’urgence telles que les congés, les entreprises confrontées à des cotisations d’assurance nationale plus élevées pour leurs employés – et à des taux d’imposition des sociétés sensiblement plus élevés en 2023 – pourraient bien y réfléchir à deux fois avant d’embaucher des salariés supplémentaires. Il n’est donc pas étonnant que la Banque d’Angleterre ait averti que, même si les taux d’intérêt vont augmenter par rapport au niveau actuel proche de zéro, elle n’a pas l’intention de les augmenter de manière significative. Les perspectives sont tout simplement trop incertaines.

 

Deux autres questions pourraient attirer l’attention l’année prochaine. Il est d’ores et déjà évident que le programme de lutte contre le changement climatique a entraîné une forte baisse des investissements dans les combustibles fossiles, alors que le monde en dépendra encore pendant de nombreuses années au cours de la transition énergétique. Les ambitions de sevrer la planète des combustibles fossiles ne sont pas passées inaperçues auprès de l’OPEP et de la Russie, qui sont désormais incitées à maximiser leurs revenus au cours des prochaines années en restreignant l’offre. La dépendance à l’égard de l’énergie éolienne et solaire intermittente par manque de stockage suffisant du gaz – ou de progrès dans le stockage de l’électricité – a déjà conduit récemment à une flambée des prix du gaz. Les hivers froids pourraient devenir un défi annuel pour les réseaux nationaux, les prix élevés de l’énergie constituant un frein à l’activité économique.

 

En conséquence, la Chine a accru sa dépendance à l’égard des centrales au charbon et, dans le cadre d’un changement de politique important, elle envisage de fermer en masse les industries à forte intensité énergétique. De même, elle semble vouloir désamorcer en douceur son marché immobilier. Même pour une économie gérée par l’État, cela semble être un défi de taille, avec des conséquences importantes au niveau mondial si cela devait mal tourner.

Fluctuations et opportunités dans les actions des petites entreprises britanniques 

• Les valorisations des petites et moyennes capitalisations britanniques sont comparables à celles de l’Europe, avec une polarisation importante des valorisations.
• Il est judicieux de combiner l’exposition aux entreprises en croissance dont les valorisations peuvent être rationalisées avec des participations dans des entreprises moins chères et plus sensibles à la conjoncture.
• Il s’agit d’un environnement propice à la création de valeur par une bonne sélection de titres. 

 

Dan Nickols, co-responsable de la stratégie pour les petites et moyennes capitalisations britanniques, estime qu’il est logique de se concentrer sur la création de valeur par une bonne sélection de titres, compte tenu de l’éventail des scénarios possibles pour les marchés et l’économie.

 

Compte tenu de la persistance des effets de la pandémie et de la possibilité que de futures vagues pèsent sur la reprise et la croissance économiques, nous sommes conscients que nous continuons à vivre une époque sans précédent et que, quel que soit notre argument central concernant la trajectoire de la croissance économique britannique, nous devons accepter que l’éventail des scénarios possibles soit vaste.

 

Cela dit, il ne faut pas être indûment pessimiste quant aux perspectives économiques du Royaume-Uni. Le marché du travail britannique reste solide, avec de faibles niveaux de chômage, une croissance décente des salaires et plus d’un million d’offres d’emploi non pourvues. L’inflation entraîne une hausse du coût de la vie, qui a un effet disproportionné sur les revenus les plus faibles, mais le consommateur britannique dans son ensemble continue de disposer d’un excédent d’épargne important, héritage de l’intervention du gouvernement pendant la pandémie et des opportunités de dépenses restreintes dans un passé récent. Si l’offre reste affectée par les pénuries de main-d’œuvre et de biens, la demande devrait rester forte.

Economic backdrop

Des mesures plus efficaces ? 
Des mesures gouvernementales plus efficaces seraient utiles – jusqu’à présent, aucun avantage économique net et tangible du Brexit n’est visible et les promesses d’augmenter les investissements au Royaume-Uni ont été repoussées.

 

Les valorisations globales des petites et moyennes capitalisations britanniques sont comparables à celles de l’ensemble de l’Europe, mais il existe une forte polarisation des valorisations, ce qui rend difficile toute nouvelle réévaluation à la hausse des valeurs de croissance déjà chèrement évaluées, ou de celles dont les bénéfices et les ventes augmentent plus rapidement que la moyenne du marché. Au sein des petites et moyennes capitalisations britanniques, le leadership thématique a oscillé pendant une grande partie de l’année 2021, suite au rallye du début de l’année des valeurs de rendement, c’est-à-dire celles qui se négocient à un prix inférieur à leur valeur intrinsèque.

 

Les petites capitalisations sont des sociétés dont la valeur boursière ou la capitalisation est faible ; les moyennes capitalisations sont des sociétés de taille moyenne qui se situent entre les petites et les grandes capitalisations. Les grandes capitalisations sont des sociétés à forte capitalisation boursière, généralement les plus grandes sociétés d’un marché donné. Les définitions basées sur la valeur de la capitalisation boursière peuvent varier. 

Un rythme de reprise incertain 
Nous pouvons nous attendre à ce que cette fluctuation se poursuive en raison des incertitudes liées au rythme précis de la reprise économique et à la trajectoire de la normalisation de la politique monétaire.

 

C’est pourquoi nous pensons qu’il est judicieux de combiner l’exposition aux entreprises en croissance dont les valorisations peuvent être rationalisées avec des participations dans des entreprises moins chères et plus manifestement sensibles à l’économie, dont les bénéfices seront soutenus par la reprise économique en cours et l’auto-assistance, et où nous pensons qu’il existe une opportunité de réévaluation des taux, ou de réévaluation à la hausse d’une action.

 

Nous pensons qu’il s’agit d’un environnement dans lequel il convient d’essayer d’ajouter de la valeur par une bonne sélection de titres plutôt que par l’introduction d’orientations thématiques agressives dans les portefeuilles.

Garder le bon équilibre dans les moyennes capitalisations britanniques 

• Notre stratégie est d’être raisonnablement équilibré avec une tendance à la croissance structurelle.
• Les coûts ont augmenté pour les entreprises de commerce électronique au moment où les confinements ont été levés et où davantage de personnes ont fait des achats physiques.
• Dans le meilleur des cas, l’inflation pourrait encore durer six mois.

 

Richard Watts, co-responsable de la stratégie pour les petites et moyennes capitalisations britanniques, explique pourquoi il est optimiste quant aux perspectives des entreprises de taille moyenne, tout en gardant un œil sur l’inflation.

 

Nous sommes optimistes quant aux opportunités qui se présenteront l’année prochaine pour les moyennes capitalisations britanniques, car nous pensons que la demande restera soutenue. Le revenu disponible est très élevé, la croissance de l’emploi est forte et les salaires augmentent. Les gens vont continuer à dépenser l’argent qu’ils ont économisé pendant le confinement.

 

La croissance économique est bonne au Royaume-Uni et ailleurs dans le monde. La question de savoir comment les marchés vont se comporter se résume à l’inflation. Elle s’avérera soit plus résistante ou plus durable que prévu, ce qui pourrait être une mauvaise chose pour les marchés d’actions, soit plus transitoire, bien que la transition soit encore plus longue que prévu.

 

Dans le meilleur des cas, l’inflation pourrait encore durer six mois. Si l’inflation s’avère être transitoire, ce serait très constructif. La demande serait relativement forte, l’inflation maîtrisée et la politique monétaire et les rendements obligataires n’augmenteraient pas autant que prévu – des conditions très favorables aux actions.

 

En ce qui concerne les moyennes capitalisations britanniques, certaines sociétés à croissance plus rapide, notamment les sociétés de commerce électronique qui avaient obtenu de bons résultats en 2020, ont connu des difficultés en 2021. Le commerce électronique a subi de plein fouet les perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

 

The SMID opportunity set

Les coûts ont augmenté pour les entreprises de commerce électronique au moment même où les confinements ont été levés et où davantage de personnes ont fait leurs achats en magasin. Leur croissance organique a été affectée car elles ont dû faire face à des comparatifs particuliers en 2020, lorsque tout le monde faisait ses achats en ligne.

 


Notre stratégie est raisonnablement équilibrée, avec un penchant pour la croissance structurelle, c’est-à-dire pour les entreprises à croissance rapide. Fondamentalement, l’indice des moyennes capitalisations – les entreprises de taille moyenne – sont pour la plupart des entreprises à croissance rapide. Elles offrent cette dynamique de croissance. Ces entreprises ont un horizon de croissance plus long et plus rapide que la plupart des autres entreprises que nous pouvons trouver, et pour beaucoup d’entre elles, leurs valorisations sont trop faibles actuellement.

 

Notre stratégie consiste à détenir des sociétés cycliques nationales, dont les bénéfices ont tendance à être liés au cycle économique et qui exercent leurs activités principalement au Royaume-Uni ; nous possédons également des sociétés cycliques mondiales, notamment des sociétés de location d’équipements actives au Royaume-Uni et aux États-Unis. Nous possédons également des constructeurs immobiliers, ainsi que des compagnies aériennes, qui devraient bénéficier d’une reprise des voyages l’année prochaine.

 

Le marché des offres publiques initiales d’actions est bon, après avoir quelque peu ralenti depuis le début de l’année. Le marché des sociétés non cotées a été actif et les activités de collecte de fonds ont été fortes.

La valeur des esprits actifs – la pensée indépendante :  

L’une des principales caractéristiques de l’approche d’investissement de Jupiter est que nous évitons l’adoption d’un point de vue maison, préférant permettre à nos gestionnaires de fonds spécialisés de formuler leurs propres opinions sur leur classe d’actifs. Par conséquent, il convient de noter que toutes les opinions exprimées – y compris sur les questions relatives aux considérations environnementales, sociales et de gouvernance – sont celles de l’auteur ou des auteurs et peuvent différer des opinions d’autres professionnels de l’investissement de Jupiter.    

Informations importantes   

Les informations contenues dans ce communiqué sont destinées uniquement aux membres des médias et ne doivent pas être utilisées par des investisseurs privés ou toute autre personne pour prendre des décisions financières.


Cette communication, y compris les données et opinions qu’elle contient, ne constitue pas une promotion financière au sens de la directive MiFID II. Elle ne constitue en aucun cas une invitation à investir ou un conseil en investissement. Tous les efforts sont faits pour assurer l’exactitude de toute information fournie, mais aucune assurance ou garantie n’est donnée.


Les mouvements du marché et des taux de change peuvent entraîner une baisse ou une hausse de la valeur d’un investissement, et il se peut que vous récupériez moins que votre investissement initial.


Les opinions exprimées sont celles de l’auteur au moment de la rédaction, ne reflètent pas nécessairement celles de Jupiter dans son ensemble, et peuvent être sujettes à changement. Ceci est particulièrement vrai pendant les périodes de changement rapide des circonstances du marché.


Émis au Royaume-Uni par Jupiter Asset Management Limited, adresse enregistrée : The Zig Zag Building, 70 Victoria Street, London, SW1E 6SQ est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority.


Aucune partie de ce contenu ne peut être reproduite de quelque manière que ce soit sans sans l’autorisation préalable de JAM ou de JAMI.