Aperçu

  • Un ensemble de notes discordantes perturbe les marchés obligataires.
  • Il devient difficile de deviner la trajectoire de l'inflation
  • Les marchés surveillent de près les déclarations des banques centrales en vue d'un resserrement de leur politique.

À la recherche de l’harmonie parfaite

Les défis auxquels est confronté le monde obligataire forment une cacophonie déconcertante. Or, jouer la bonne note au bon moment est essentiel pour éviter toute dissonance, c’est pourquoi il convient de passer la baguette à un chef d’orchestre expert.

Générer de l’alpha c’est trouver la quinte juste

Les problèmes auxquels sont confrontés les marchés obligataires forment un véritable brouhaha : rendements historiquement bas, préoccupations inflationnistes, spreads de crédit ultra serrés, inquiétudes quant au retrait des dispositifs de soutien, primes de liquidité, craintes de reprise désordonnée et émergence de nouveaux variants du coronavirus, pour n’en citer que quelques-uns.

 

Les efforts déployés par les banques centrales pour contenir les effets des bouleversements causés par la pandémie de coronavirus depuis le début de 2020 n’ont fait qu’affaiblir davantage les rendements. C’est ainsi que la valeur boursière de la dette à rendement négatif, souveraine et d’entreprise, est presque égale à la taille du PIB de la Chine*. Sur le marché du crédit, les spreads se sont considérablement resserrés, entraînant une hausse des valorisations.

 

Chacun s’efforce de deviner la trajectoire de l’inflation et d’anticiper le moment où les responsables politiques commenceront à relever les taux d’intérêt. Tous savent que les responsables politiques ont tenté de relancer l’inflation depuis la crise financière il y a plus de dix ans, mais sans grand succès. Dans cet univers de chute des rendements et de faible volatilité, les performances économiques étaient médiocres, car les liquidités des banques centrales alimentaient directement les actifs financiers.

Une transition en douceur

Mais aujourd’hui, les gouvernements ont uni leurs efforts à ceux des banques centrales pour relancer la croissance et l’inflation, donnant ainsi du poids à leurs initiatives. La vitesse des campagnes de vaccination dans les principales économies du monde a suscité un certain optimisme quant à la reprise. Pour autant, les goulets d’étranglement de l’offre et les pénuries de main-d’œuvre sont une source d’inquiétude sur le front de l’inflation.

 

La situation est confuse. Même les responsables de la Réserve fédérale américaine envoient des signaux contradictoires. La grande question est de savoir si cette accélération est transitoire ou durable. Toute indication relative à un durcissement imminent des banques centrales ou à un retrait des programmes de relance par les gouvernements pourrait faire resurgir le spectre du fameux taper tantrum de 2013. En effet, pour certains, le scénario post-pandémie rassemble tous les ingrédients pour une hausse de l’inflation, dont la liquidité, c’est-à-dire la capacité à échanger librement des actifs, pourrait en faire les frais.

 

Pour tirer parti de cet environnement complexe et préserver l’harmonie, la gestion des actifs pendant la transition doit être parfaitement orchestrée. Cela exige des compétences spécialisées, une solide expérience et une expertise poussée. Il est essentiel de disposer d’un historique de performances avéré de génération d’alpha dans un contexte de rendements faibles et de volatilité accrue. Que vous soyez en quête de revenus du fait de la faiblesse des rendements, que vous soyez préoccupé par la liquidité de certains segments du marché obligataire, que vous vous inquiétiez du risque de flambée de l’inflation ou que vous souhaitiez simplement externaliser vos principales décisions d’allocation d’actifs obligataires, nous sommes convaincus que vous trouverez chez Jupiter les réponses à ces préoccupations fondamentales. Nous appelons cet avantage « The value of active minds».

 

*Selon Bloomberg, au 17 septembre 2021, la valeur boursière totale du marché de la dette à rendement négatif dans le monde s’élevait à 14 600 milliards de dollars américains. La taille du PIB de la Chine à la fin de 2020 était de 14 700 milliards de dollars, selon les données de la Banque mondiale. 

Capacités

Solutions

  • Les investisseurs sont confrontés à une multitude de questions difficiles dans le contexte de la pandémie.
  • L'équilibre entre le risque et le rendement exige des compétences, une expertise et des connaissances approfondies.
  • La sécurité est aussi importante que le rendement dans cet environnement délicat.

Harmonie obligataire : trouver la composition parfaite

Quel positionnement face à la reflation ? Que se passe-t-il si une reprise économique attendue est retardée ? Comment équilibrer les risques et les rendements ? Comment déterminer dans quelle mesure un changement économique attendu est déjà pris en compte dans les cours ? Les taux d’intérêt vont-ils rester bas plus longtemps ou les banques centrales vont-elles durcir le ton ? Quelles perspectives réalistes pour les différentes sous-classes d’actifs obligataires ? Voilà autant de questions épineuses pour les investisseurs obligataires.

 

Anticiper les tendances à long terme du marché est aussi important que de trouver du rendement à court terme. Trouver un juste équilibre entre classes d’actifs est essentiel. Les instruments considérés comme moins risqués, tels que les obligations souveraines et la dette d’entreprises du segment investment grade, offrent nécessairement des rendements moins élevés, tandis que les obligations à plus haut rendement présentent un risque plus élevé d’illiquidité et de défaillance. Couvrir ces risques avec des produits dérivés entraîne des coûts, mais suivre le mouvement du troupeau peut également s’avérer coûteux si tout le monde se précipite vers la sortie au même moment.

 

Évoluer dans cet univers complexe nécessite une compréhension approfondie des facteurs macroéconomiques, tels que le vieillissement démographique, mais exige également l’étude des flux, la prise en compte des données de liquidité des banques centrales et la surveillance des caprices du marché des changes. Comprendre les répercussions de l’endettement mondial sur l’inflation et la croissance est tout aussi important. Dans ce contexte, nous pensons que la flexibilité et l’agilité seront probablement des facteurs clés pour obtenir les résultats souhaités dans les portefeuilles obligataires.

Jupiter propose plusieurs solutions clés en main aux investisseurs à la recherche d’une expertise pour allouer leurs actifs de manière dynamique entre les différentes sous-classes d’actifs obligataires en fonction de l’évolution des conditions du marché et de l’environnement économique. Les fonds Jupiter Dynamic Bond et Jupiter Strategic Absolute Return Bond (SARB) ont tous deux recours à une gestion active et flexible.

 

Les deux stratégies emploient également des techniques similaires pour étudier les tendances macroéconomiques afin d’en analyser les répercussions possibles sur l’économie mondiale. Cependant, les deux stratégies utilisent ces analyses de manière très différente. La stratégie Dynamic Bond tient compte d’un grand nombre de ces thèmes en choisissant les secteurs de l’économie auxquels il convient de s’exposer, tout en définissant la meilleure couverture de duration pour refléter cette analyse. Le fonds ne s’expose que de façon limitée aux risques de change. SARB, en revanche, ne s’expose que de manière limitée au risque de crédit et cherche à formuler ses convictions macroéconomiques par son exposition aux taux d’intérêt, aux taux de change et aux emprunts d’État.

En savoir plus

Solutions

  • La question est de savoir si les taux d'intérêt sont rigides ou non, car l'inflation refait surface.
  • Les goulots d'étranglement de l'offre et la résurgence de la demande accélèrent l'inflation et déroutent les marchés.

À l’unisson avec l’inflation : gérer les pics et la disparition des rendements

Le rythme de la hausse des prix dans l’économie a un impact important sur les marchés obligataires, car il détermine la valeur sous-jacente des actifs ainsi que les rendements réels (supérieurs à l’inflation) générés pour les investisseurs. Il est donc essentiel de rester en phase avec l’évolution de l’inflation. Les banques centrales du monde entier ont consenti des efforts considérables pour stimuler l’inflation depuis la crise financière mondiale, il y a plus de dix ans.

 

Les principales banques centrales telles que la Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne et la Banque d’Angleterre ont intensifié leur action pour stimuler la croissance économique alors que la pandémie de Covid-19 continue de perturber notre quotidien. Les gouvernements ont également augmenté leurs dépenses et il est peu probable qu’ils mettent fin à leur soutien de sitôt, car les personnes les plus vulnérables, qui sont les plus exposés au coronavirus, en dépendent.

 

Si la période qui a suivi la crise financière de 2008 a été marquée par la faiblesse de la croissance et de l’inflation, cette fois-ci, le soutien complémentaire des gouvernements a suscité un certain optimisme en matière de croissance. Toutefois, la thématique de la reflation suscite l’inquiétude de certains investisseurs obligataires. L’inflation est-elle un phénomène transitoire ou persistant ? Voilà la question clé qui se pose pour beaucoup d’investisseurs. Un environnement reflationniste pourrait bien être le signe d’une embellie pour l’économie mondiale, mais un tel scénario pourrait s’avérer assez délicat pour de nombreuses stratégies obligataires classiques.

Nous pensons qu’il est essentiel de rester agile et flexible pour faire croître le capital, limiter les risques et générer de bons rendements ajustés du risque tout au long des cycles économiques, de crédit et de taux d’intérêt. Notre stratégie Dynamic Bond adopte une approche à forte conviction, non contrainte, qui lui permet d’adapter le portefeuille au gré de l’évolution des marchés et de l’environnement. En parallèle, Jupiter Strategic Absolute Return Bond adopte une approche très flexible de l’investissement, avec une présence sur tous les segments du marché obligataire, une capacité à se redéfinir constamment en fonction des évolutions de l’environnement et la liberté d’exprimer des opinions résolument négatives sur la duration.

Jupiter Dynamic Bond: Rotation et diversification

Jupiter Dynamic Bond: Rotation et diversification
A titre d’illustration uniquement.

Le gérant de fonds peut utiliser des produits dérivés uniquement afin d’optimiser la gestion de portefeuille, et non dans une logique d’investissement. Source : Jupiter, au 30/06/21. Les marchés développés englobent tous les pays européens occidentaux. *Dont contrats à terme sur taux d’intérêt. L’allocation d’actifs inclut l’exposition aux produits dérivés.

En savoir plus

Solutions

  • Le confinement dû au coronavirus rappelle le stress du marché pendant la crise financière mondiale.
  • Des actifs de haute qualité pourraient protéger les investisseurs, mais l'analyse bottom-up est essentielle pour rester liquide.

Liquidité des obligations : laisser jouer la musique

Les marchés posent actuellement de nombreux défis aux investisseurs, mais pour bon nombre d’entre eux, une des principales préoccupations est le risque d’assèchement soudain de la liquidité dans certains segments du marché obligataire. Cela s’est déjà produit et certains investisseurs pensent que cela pourrait facilement se produire à nouveau. La grande difficulté, généralement, est de prévoir le moment où les marchés se tendent. Les événements rares, ou « cygnes noirs » sont également une menace pour le système financier. La crise financière mondiale de 2008 a été riche en enseignements pour les différentes parties prenantes, notamment les banques, les autres institutions financières, les gouvernements et les banques centrales et a conduit à un renforcement significatif de la réglementation au cours de la période qui a suivi.

 

Pourtant, au début de 2020, avec la propagation de la Covid-19, l’inquiétude a gagné certains acteurs du marché. Les banques centrales sont à nouveau montées au créneau, provoquant une forte baisse des rendements obligataires, resserrant les spreads de crédit et contribuant à atténuer la volatilité. Les gouvernements sont également intervenus de manière active pour relancer leur économie. Mais désormais, les conjectures quant à la fin des dispositifs de soutien sont susceptibles de provoquer de fortes turbulences sur les marchés.

 

Une étude attentive des tendances macroéconomiques peut grandement contribuer à maintenir la liquidité des portefeuilles, même en période de tensions sur les marchés. Une analyse bottom-up est également indispensable, car les marchés eux-mêmes peuvent avoir un impact sur les fondamentaux économiques et devenir les moteurs des classes d’actifs au sens large. Il est essentiel de comprendre que les portefeuilles composés d’actifs de faible qualité sont susceptibles d’être les premiers touchés par une paralysie inattendue des marchés. Pour exemple, le marché de la dette non cotée offre souvent des rendements attractifs en apparence, mais s’avère souvent opaque et relativement illiquide. Une philosophie d’investissement pragmatique assortie d’une démarche de gestion active des risques et d’une solide expérience peut contribuer de manière significative à garantir à votre portefeuille une liquidité suffisante pour faire face à un large éventail de circonstances.

L’agilité et la vigilance sont essentielles pour garantir une liquidité adéquate du portefeuille. Les fonds de performance absolue ont tendance à présenter une grande flexibilité et à tirer le meilleur parti de la diversification, en évitant les paris purement directionnels et en privilégiant une faible corrélation avec les marchés. Le fonds Strategic Absolute Return Bond de Jupiter réinvente continuellement son portefeuille pour l’adapter à l’environnement macroéconomique. Le fonds détient principalement des emprunts d’État et évite les actifs de faible qualité. La liquidité est primordiale. Si vous estimez qu’une approche traditionnelle, long-only, de l’investissement obligataire risque de devenir inefficace dans l’environnement actuel, le fonds Jupiter Strategic Absolute Return Bond offre une approche réellement différenciée de l’exposition obligataire, grâce à une réévaluation permanente de l’environnement économique et de marché et à sa capacité à exprimer des opinions résolument négatives sur l’orientation des taux d’intérêt.

Strategic Absolute Return Bond: Une approche dynamique et flexible

Compte tenu de la configuration actuelle des marchés obligataires, une approche long-only est inefficace. Une approche différente est possible. C’est pourquoi l’équipe de gestion ajuste en permanence la composition du portefeuille pour tenir compte de l’environnement macroéconomique sous-jacent.

Strategic Absolute Return Bond: Une approche dynamique et flexible
A titre d’illustration uniquement.

En savoir plus

Solutions

  • Les dettes à rendement négatif abondent alors que les banques centrales augmentent leurs achats d'actifs.
  • Dans le scénario actuel, la recherche de rendement peut obliger certains à faire des compromis sur la qualité des actifs.

Rendement : viser les notes élevées ?

Il est étonnant de constater que la valeur boursière de la dette mondiale à rendement négatif est presque égale à la taille du PIB de la Chine. Cette évolution est une conséquence directe de la forte demande d’actifs obligataires de la part des banques centrales qui se sont mises à acheter des obligations pour doper l’inflation et soutenir la croissance économique. La majeure partie de ces achats concerne des emprunts d’État, qui sont généralement considérés plus sûrs. Elles achètent également des obligations d’entreprises, généralement issues du segment investment grade.

 

Il s’ensuit naturellement que bon nombre d’investisseurs en quête de rendements plus élevés se sont vus contraints de se tourner vers des actifs moins bien notés, qu’il s’agisse d’obligations d’entreprises à haut rendement ou de dette des marchés émergents. Pourtant, il est largement admis que les compromis sur la qualité du crédit en vue d’obtenir des rendements plus élevés ne sont pas sans dangers.

 

Les facteurs macroéconomiques tels que la trajectoire de la croissance peuvent avoir une incidence sur la capacité d’une entreprise à rembourser sa dette. La propagation du coronavirus a contraint les responsables politiques à imposer des mesures de confinement strictes pour enrayer les contagions, ce qui a eu des répercussions néfastes sur de nombreuses entreprises. Désormais, l’émergence de nouveaux variants de coronavirus menace à nouveau de ralentir le moteur de la croissance, malgré les progrès réalisés en matière de vaccination. La menace d’un nouveau « taper tantrum » ou de réactions négatives du marché face à une réduction des achats d’actifs par la Fed est également présente et pourrait également soulever la question de savoir si un durcissement de la politique de la Fed ne serait pas un frein pour les actifs des marchés émergents.

Une stratégie « CoCos » gérée activement pourrait permettre aux investisseurs d’accéder à des rendements plus élevés. Le secteur bancaire a démontré sa résilience lors de la déroute des marchés en mars 2020, ce qui est en partie dû à l’amélioration considérable de sa qualité de crédit depuis la crise financière de 2008, ses réserves de capital étant nettement plus élevées qu’à l’époque.

 

Par ailleurs, la dette des marchés émergents offre également des rendements attractifs par rapport à de nombreux autres segments du marché obligataire mondial. La plateforme dette émergente de Jupiter propose une gamme de quatre stratégies, couvrant l’univers investissable de la dette des pays émergents : dette de duration courte, dette d’entreprise, dette souveraine en devise forte et revenus. Ces stratégies visent une volatilité inférieure à celle de nombre de leurs équivalents, dans une perspective de maximisation des performances ajustées au risque et de maintien de la liquidité. Il est également possible de dégager des performances plus élevées en investissant dans des obligations à haut rendement, qui sont moins volatiles que les actions. La philosophie d’investissement de la stratégie Global High Yield Bond de Jupiter repose sur la conviction qu’une sélection judicieuse des crédits et une gestion active et flexible offrent un potentiel important de création d’alpha. La gestion de cette stratégie implique l’adoption d’une approche holistique, hautement reproductible, en vue de garantir un positionnement adapté tout au long du cycle de marché.

Les bons du trésor ont perdu de leur superbe…

Les bons du trésor ont perdu de leur superbe...
Source : Bloomberg, au 14/07/2021.

En savoir plus

Informations importantes

Jupiter Dynamic Bond

Le fonds peut investir une part importante du portefeuille dans des obligations à haut rendement et des obligations non notées par une agence de notation. Même si ces obligations peuvent procurer des revenus supérieurs, les intérêts payés sur ces titres et leur valeur boursière présentent un risque de perte plus important, notamment en cas de changement des conditions de marché. La valeur des paiements trimestriels va fluctuer. Dans des conditions de marché difficiles, la liquidité réduite sur les marchés obligataires peut compliquer la tâche du gestionnaire qui souhaite vendre les actifs au prix coté. Ceci pourrait avoir un impact négatif sur la valeur de votre investissement. Dans des conditions de marché extrêmes, il est possible que certains actifs soient plus difficiles à vendre en temps opportun et à un prix juste. Cela pourrait affecter la capacité du Fonds à honorer les ordres de rachat des investisseurs qui en font la demande. Certaines catégories d’actions prélèvent l’ensemble de leurs frais sur le capital, ce qui peut réduire le potentiel de croissance du capital. Veuillez consulter le Prospectus pour plus d’informations. Le KIID et le Prospectus sont disponibles auprès de Jupiter sur demande. Ce fonds peut investir plus de 35% de sa valeur dans des titres émis ou garantis par un État membre de l’EEE.

 

Jupiter Strategic Absolute Return Bond Fund

  • Risque d’investissement – bien que le Compartiment vise une performance supérieure à zéro quelles que soient les conditions de marché, rien ne garantit que cet objectif sera atteint. Par ailleurs, la volatilité réelle du Compartiment peut être supérieure ou inférieure à l’intervalle des valeurs attendu et peut également dépasser sa volatilité maximale attendue. Une perte en capital équivalente à la totalité ou à une partie du montant investi peut se produire.
  • Risque de marché émergent – les pays moins développés peuvent être confrontés à davantage de difficultés politiques, économiques ou structurelles que les pays développés.
  • Risque de crédit – l’émetteur d’une obligation ou d’un investissement similaire du Compartiment peut ne pas payer le revenu ou rembourser le capital au Compartiment à l’échéance. Les obligations dont la notation est inférieure à investment grade sont considérées comme présentant un risque plus élevé de non-respect des obligations de paiement.
  • CoCo et autres investissements avec des caractéristiques d’absorption des pertes – Le Compartiment peut détenir des investissements présentant des caractéristiques d’absorption des pertes, notamment jusqu’à 20% d’obligations convertibles contingentes (CoCo). Ces investissements peuvent faire l’objet d’une intervention réglementaire et/ou d’événements déclencheurs spécifiques liés à la baisse des niveaux de fonds propres réglementaires à un niveau prédéterminé. Il s’agit d’un risque différent de celui des obligations traditionnelles et peut entraîner leur conversion en actions de la société ou une perte de valeur partielle ou totale.
  • Risque lié à Bond Connect – les règles du programme Bond Connect peuvent empêcher le Compartiment de vendre ses actifs et peuvent infliger au Compartiment des pertes sur investissement.
  • Risque de taux d’intérêt – les investissements en obligations sont influencés par les taux d’intérêt et les tendances de l’inflation, ce qui peut affecter la valeur du Compartiment.
  • Risque de liquidité – certains investissements peuvent devenir difficiles à valoriser ou à vendre à un moment ou à un prix souhaité. Dans des circonstances extrêmes, la capacité du Compartiment à répondre aux demandes de rachat peut s’en trouver affectée.
  • Risque lié aux instruments dérivés – le Compartiment recourt à des instruments dérivés pour générer des revenus et/ou réduire les frais et le risque global du Compartiment. Le recours aux instruments dérivés peut comporter un niveau de risque plus élevé. Une fluctuation faible du prix d’un investissement sous-jacent peut entraîner une variation disproportionnée du prix de l’instrument dérivé. Les instruments dérivés comportent également un risque de contrepartie dans la mesure où les institutions agissant en qualité de contrepartie aux dérivés sont susceptibles de ne pas respecter leurs obligations contractuelles.
  • Risque de change – le Compartiment peut être exposé à différentes devises. La valeur de vos actions peut varier à la hausse ou à la baisse en raison des fluctuations des taux de change.
  •  

Pour une explication plus détaillée des risques, veuillez vous reporter à la section « Facteurs de risque » du prospectus.

 

  •  

Rencontrer l'équipe

Jupiter Global Fund SICAV

Ce document est fourni à titre informatif uniquement et ne constitue pas un conseil en investissement. Les variations des marchés et des taux de change peuvent entraîner des fluctuations à la hausse comme à la baisse d’un investissement et l’investisseur est susceptible de ne pas récupérer le montant qu’il a initialement investi. [Suitability retail]. Les droits d’entrée risquent d’avoir un impact proportionnel plus important sur la performance en cas de liquidation des investissements à courte échéance.

 

Tout est mis en œuvre pour assurer l’exactitude des informations présentées dans le présent document, mais aucune assurance ou garantie n’est donnée à cet égard. Le contenu du présent document ne constitue pas une invitation à souscrire des actions du Jupiter Global Fund (la Société) ou de tout autre fonds géré par Jupiter Asset Management Limited. La Société est une Société Anonyme au Luxembourg, constituée sous la forme d’une Société d’investissement à Capital Variable (SICAV).

 

Les présentes informations sont réservées aux personnes résidant dans les pays où la Société et la distribution de ses actions sont autorisées ou qui ne requièrent pas une telle autorisation. Le(s) compartiment(s) peu(ven)t être exposé(s) à d’autres facteurs de risque, veuillez consulter le Prospectus pour de plus amples informations. 8 Les acquéreurs éventuels de parts des compartiments de la Société doivent s’informer sur les obligations juridiques, les règlements de contrôle des changes et les taxes applicables dans les pays de leur nationalité, résidence ou domicile respectifs. Les souscriptions ne peuvent intervenir que sur la base du prospectus et du KIID actualisés, ainsi que des rapports annuel et semestriel révisés les plus récents. Ces documents peuvent être téléchargés sur www.jupiteram.com. Le KIID et, dans les cas où il est requis, le Prospectus ainsi que tous les autres documents promotionnels dont la publication a été approuvée dans le respect des règlementations locales sont disponibles en anglais, néerlandais, français, finlandais, allemand, italien, portugais, espagnol et suédois. Veuillez lire le Prospectus avant de souscrire. Des exemplaires papier sont disponibles gratuitement sur demande auprès des parties suivantes :

 

Dépositaire et Agent administratif de la Société : Citibank Europe Plc Luxembourg branch, 31 Z.A. Bourmicht, L-8070 Bertrange, Grand Duchy of Luxembourg ; et auprès de certains distributeurs de la Société ; Autriche : Jupiter Asset Management International S.A., Austrian branch, Goldenes Quartier, Tuchlauben 7a, 1010 Vienne, Autriche ; Belgique : BNP Paribas Securities Services, Boulevard Louis Schmidt 2, 1040 Bruxelles, Belgique ; France : CACEIS Bank France, 1/3 Place Valhubert, 75013 Paris, France ; Allemagne : Jupiter Asset Management International S.A., succursale de Francfort, ayant son siège à l’adresse : Roßmarkt 10, 60311 Francfort, Allemagne ; Italie : Allfunds Bank, S.A.U., succursale de Milan, Via Bocchetto 6, 20123 Milano, Italie. Société Générale Securities Services, Via Benigno Crespi 19, 20159 Milano, Italie. Le fonds a été enregistré auprès de l’autorité de tutelle italienne des sociétés et de la Bourse (Commissione Nazionale per le Società e la Borsa (CONSOB)) afin de pouvoir être proposé aux investisseurs particuliers en Italie ; Luxembourg : Siège social de la Société : 31 Z.A. Bourmicht, L-8070 Bertrange, Grand Duchy of Luxembourg ; Spain : Allfunds Espagne : Bank, C/ La Estafeta 6, Edificio 3, 28109 Alcobendas, Madrid, Espagne. Aux fins de la distribution en Espagne, la Société est enregistrée auprès de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (« CNMV ») sous le numéro d’enregistrement 1253. Des informations complètes et le prospectus d’offre sont disponibles auprès des distributeurs autorisés de la Société. Les souscriptions doivent être effectuées par le biais d’un distributeur local autorisé. La valeur nette d’inventaire est disponible sur le site www.jupiteram.com. Suède : Jupiter Asset Management International S.A., succursale nordique, 4th Floor, Strandvagen 7A, 114 56 Stockholm, Suède ; Suisse : Des exemplaires de l’acte constitutif et des statuts, du Prospectus, des KIID et des rapports annuels et semestriels de la Société peuvent être obtenus sans frais auprès du représentant et ayant payeur en Suisse, BNP Paribas Securities Services, Paris, Succursale de Zurich, dont le siège social est situé Selnaustrasse 16, 8002 Zurich, Suisse ; Royaume-Uni : Jupiter Asset Management Limited (le Gestionnaire d’investissement), siège social : The Zig Zag Building, 70 Victoria Street, Londres, SW1E 6SQ, Royaume-Uni, société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. [Données de l’indice] Publié par The Jupiter Global Fund et/ou Jupiter Asset Management International S.A. (JAMI, la Société de gestion), siège social : 5, Rue Heienhaff, Senningerberg L-1736, Luxembourg, agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier au Luxembourg. Le présent document ne peut être reproduit d’aucune manière sans l’autorisation préalable de la Société ou de JAMI.

 

DOCUMENT EXCLUSIVEMENT PROMOTIONNEL NE CONSTITUE PAS UN CONSEIL EN INVESTISSEMENT NI UNE RECHERCHE EN INVESTISSEMENT.

 

Les performances passées ne sauraient préjuger de la performance future et peuvent ne pas se reproduire. Tout investissement comporte un risque. La valeur des investissements et le revenu qui en découle sont susceptibles de varier à la hausse comme à la baisse, et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas le montant initialement investi. Pour cette raison, l’investisseur n’a pas la certitude de réaliser un bénéfice sur un investissement et il est possible qu’il perte de l’argent. L’évolution des taux de change peut faire augmenter ou baisser la valeur des investissements à l’étranger.

 

EN AUTRICHE, EN FRANCE, EN ITALIE, AU LUXEMBOURG, AU PORTUGAL ET EN SUÈDE : La présente communication est publiée par Jupiter Asset Management (Europe) Limited, The Wilde-Suite G01, The Wilde, 53 Merrion Square South, Dublin 2, D02 PR63, Ireland qui est enregistrée en Irlande (numéro d’immatriculation : 536049) et autorisée et réglementée par la Banque centrale d’Irlande (numéro : C181816).

 

À L’ATTENTION DES INVESTISSEURS DU ROYAUME-UNI ET DE TOUS LES AUTRES PAYS MEMBRES DE L’EEE La présente communication est publiée par Jupiter Investment Management Limited, The Zig Zag Building, 70 Victoria Street, London, SW1E 6SQ, Royaume-Uni, qui est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FRN : 171847).

 

Cette communication fournit des informations sur (le « Fonds »), qui est un compartiment de Jupiter Asset Management Series plc. Jupiter Asset Management Series plc est une 14 société d’investissement à capital variable établie sous la forme d’un fonds à compartiments à responsabilité non solidaire entre les compartiments, et autorisée et réglementée par la Banque centrale d’Irlande en vertu de la Réglementation des Communautés européennes de 2011 sur les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières, telle que modifiée. Enregistrée en Irlande sous le numéro 271517. Siège social : 33 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, Irlande.

Jupiter Asset Management (Europe) Limited et Jupiter Investment Management Limited sont collectivement connues sous le nom de Jupiter.

 

Jupiter agit avec le soin et les compétences raisonnablement attendus pour compiler les informations contenues dans la présente communication, qui ne sont exactes qu’à la date de publication de cette dernière. Vous ne devez pas vous fier aux informations contenues dans la présente communication pour prendre des décisions d’investissement. Aucun élément de la présente communication ne constitue un conseil ou une recommandation personnelle. Tout investisseur doit lire le(s) document(s) d’information clé pour l’investisseur (« KIID ») avant d’investir dans un compartiment de Jupiter Asset Management Series plc. Le KIID et le prospectus sont disponibles en anglais et dans les autres langues requises à l’adresse www.jupiteram.com. Certains agents payeurs et/ou agents d’information ont été désignés au titre de la distribution publique des actions de Jupiter Asset Management Series plc dans certaines juridictions. Les actions sont vendues uniquement par voie de prospectus. Le prospectus, le KIID et/ou d’autres documents relatifs à l’offre concernés sont disponibles gratuitement à l’adresse suivante : Autriche : Erste Bank der Oesterreichischen Sparkassen AG, Am Belvedere 1, 1010 Vienne, Autriche. Belgique : CACEIS Belgium SA, B-1000 Brussels, Avenue du Port 86 C b320, Bruxelles. Allemagne : GerFIS – German Fund Information Service UG (Haftungsbeschränkt), Zum Eichhagen 4, 21382 Brietlingen, Allemagne. France : BNP Paribas Securities Services, Les Grands Moulins de Pantin, 9 rue du Debarcadère 93500 Pantin, France. Hong Kong : Merian Global Investors (Asia Pacific) Limited, Suite 1706, Alexandra House, 18, Chater Road, Central, Hong Kong. Italie : Allfunds Bank S.A.U., Milan Branch, Via Bocchetto, 6, 20123 Milano, Italia ; Societe Generale Securities Services S.p.A, Via Benigno Crespi 19A – MAC2, Milan Luxembourg : BNP Paribas Securities Services, Luxembourg Branch, 33 rue de Gasperich, L-5826, Grand-Duché de Luxembourg. Suède : Skandinaviska Enskilda Banken AB (« SEB »), Kungsträdgårdsgatan 8, SE-106 40, Stockholm, Suède Suisse : First Independent Fund Services Ltd., Klausstrasse 33, CH-8008 Zurich est le représentant suisse et BNP Paribas Securities Services, Paris, succursale de Zurich, Selnaustrasse 16, CH-8002 Zurich est l’agent payeur suisse. Taïwan : Capital Gateway Securities Investment Consulting Enterprise, 9F/9F-1, No. 171, Songde Road, Xinyi District, Taipei City, Taiwan, République de Chine Royaume-Uni : Jupiter Investment Management Limited, The Zig Zag Building, 70 Victoria Street, London, SW1E 6SQ, Royaume-Uni. Le Fonds est reconnu par la FCA. Autres : Jupiter Asset Management Series plc, c/o Citibank Europe plc, 1 North Wall Quay, Dublin 1, Irlande. Au Danemark, le présent document est destiné à l’usage exclusif des contreparties éligibles ou des investisseurs professionnels danois. Les investisseurs particuliers danois ne peuvent pas investir dans les compartiments mentionnés dans le présent document. En Espagne, Jupiter Asset Management Series plc est enregistrée auprès de la Commission boursière espagnole – Comisión Nacional del Mercado de Valores (« CNMV ») sous le numéro d’enregistrement 301. Jupiter Investment Management Limited est enregistrée sous le numéro 2479. Le prospectus, le KIID et les derniers rapports économiques peuvent être obtenus gratuitement auprès des distributeurs enregistrés (voir la liste disponible sur le site Internet de la CNMV). 15 En République de Finlande, la présente communication n’est pas destinée à constituer une offre publique ou une publicité pour des valeurs mobilières. En Italie, le présent document est destiné à l’usage exclusif des « clients professionnels ou des investisseurs professionnels » (tels que définis dans le décret législatif n° 58/1998 par référence à l’annexe 3 du règlement n° 20307 de la Commissione Nazionale per le Società e la Borsa (CONSOB) de 2018) et sa diffusion auprès des investisseurs/clients particuliers est interdite. Au Luxembourg, ces informations ne constituent en aucun cas une offre ou une invitation à acheter ou à vendre des actions au Luxembourg et elles ne constituent pas et ne sont pas destinées à constituer une offre d’actions au Grand-Duché de Luxembourg. Elles ne constituent pas un conseil juridique, comptable ou fiscal.